Catégorie | A la une, Jeunes pousses

Interview de Véronique Ducros, éditrice-gérante de Au-delà du raisonnable

Publié le 30 juillet 2012 par Rédaction

« La nouveauté force les journalistes à chroniquer le même livre en même temps, la nouveauté nourrit le pilon »

  • Cher Au-delà du raisonnable, comment vous définiriez-vous… et pourquoi ce nom provocant ?

    Pour passer les frontières et rester disponible à la découverte et à l’échange, il faut voyager léger. Au-delà du raisonnable est une maison d’édition indépendante et les romans que nous choisissons de publier répondent à des critères aussi simples qu’exigeants : ils nous attrapent, nous nourrissent et nous embarquent au-delà de la frontière derrière laquelle la littérature prend plus de place que la stratégie du volume de titres à mettre en place coûte que coûte pour faire tourner un business. Aucune provocation donc, juste une démarche, un choix, des convictions.

  • En quelques mots quel regard portez-vous sur les maisons d’édition aujourd’hui ?

L’appellation maison d’édition désigne des réalités bien différentes. La puissance de feux de machines de guerre promotionnelles des grandes maisons leur permet de survivre à ce système stupide de « la nouveauté ». La nouveauté, hors blockbusters du type Musso, Nothomb, reste trois semaines sur les tables des libraires étranglés, la nouveauté force les journalistes à chroniquer le même livre en même temps, la nouveauté nourrit le pilon. Les petites maisons d’édition, en tout cas la mienne, veulent voir grandir les livres qu’elles font naître. Leurs moyens en diffusion et communication font que la rencontre de ces livres et de leur public est plus longue. Mais il y a autant d’excellents romans chez les petits que chez les grands.

  • En quelques mots toujours, comment voyez-vous leur avenir ? 

Je n’ai pas la faculté de voir l’avenir. En revanche, les périodes de mutation ou de crise sont riches en initiatives, en réflexions et parfois même génèrent des solidarités inattendues. La mutation est l’aventure passionnante de l’édition de nos jours. Les œuvres de l’esprit seront toujours la matière première immuable et l’adaptation de l’édition aux nouvelles habitudes de lecture la survie de l’activité d’éditeur. Quant aux bonnes vieilles habitudes, eh bien, elles resteront les bonnes vielles habitudes. On aura juste le choix.

  • Si vous deviez faire une dédicace aujourd’hui, pour qui serait-elle ?

A tous les amoureux du moment divin où le livre commencé déclenche un frisson de régal, une envie de le retrouver lorsqu’on a dû le poser pour vaquer à la vraie vie, la promesse de rendez-vous innombrables entre la littérature et les êtres humains.

Véronique Ducros est éditrice-gérante
de la maison d’édition Au-delà du raisonnable
 www.au-dela-du-raisonnable.fr 

Photo : ©Sylvain Ageorges

Publier un commentaire