Catégorie | A la une

Interview de Fémi Peters, écrivaine

Publié le 01 juin 2013 par Rédaction

« Un bon livre est un bon livre,
nul besoin de lui donner une étiquette ! »

  • Comment vous définiriez-vous ?

Je me définis tout d’abord comme lectrice et ensuite comme écrivain. L’amour des livres m’a donné envie d’en écrire à mon tour. Je suis une « book addict »! Mon plaisir, c’est de rêver, d’inventer des histoires et de faire rêver d’autres à mon tour…

  • Vous êtes une jeune écrivaine, quel regard portez-vous sur la littérature aujourd’hui ?

Je suis plutôt portée vers les romanciers anglo-saxons tels que Jane Austen, Anthony Trollope, Somerset Maugham, dont l’ironie et la subtilité font mes délices. Je ne connais donc pas trop la littérature contemporaine, je préfère la littérature classique. J’apprécie la littérature de l’imaginaire également.

Pour répondre de façon générale, je trouve dommage de vouloir absolument catégoriser et cloisonner : littérature bit-lit, littérature young adult, etc…Un bon livre est un bon livre, nul besoin de lui donner une étiquette ! Même si je suis consciente qu’il en faut a minima.

  • Vous venez de publier votre première nouvelle, et vous avez fait le choix de l’auto-édition, pourquoi ?

Je n’ai pas vraiment fait le choix de l’auto-édition: une opportunité s’est présentée à moi sous la forme d’un concours dont le prix était la publication du manuscrit par une maison d’auto-édition, Books On Demand (BOD). J’ai gagné le concours et j’ai donc eu la joie de voir mon roman Notre-Dame-des-Lettres publié. Mais l’auto-édition n’est pas facile : il faut faire sa promotion soi-même et elle reste mal vue, du moins en France.

Par contre, mon roman a éveillé l’intérêt d’un éditeur numérique, l’ivreBook. Je lui ai donc fait lire quelques-uns de mes textes et il en a retenu deux. Ma première nouvelle numérique, Carte non valide est sortie en mars. Je suis très heureuse d’avoir retenu l’attention d’un éditeur qui est proche de ses auteurs et passionné de littérature (eh oui, des éditeurs littéraires, ça existe encore!). Je travaille actuellement à la seconde nouvelle qu’il a retenue.

  • Si vous deviez faire une dédicace aujourd’hui, pour qui serait-elle ?

Elle serait, comme toujours, pour celle qui me suit, me guide et me réconforte, ma compagne.

Fémi Peters est écrivaine, voir son site d’auteure

Image une : Flickr/voyages-provence (Patrick Gaudin)

1 Commentaire(s) pour cet article

  1. Lilian Ronchaud a écrit le :

    Je connais Fémi Peters seulement à travers les mails qu’on s’adresse et ses textes que j’édite. « Carte non valide » déjà publié et « Les Nyxers » bientôt publié sont des récits qui reflètent ce que notre société peut avoir de désagréable voire de foncièrement mauvais et qui raconte ce qu’elle pourrait devenir. Mais, et je pense que cela reflète le caractère de Fémi, c’est écrit de telle manière qu’à la fin, on ne ressent pas de vague à l’âme, mais plutôt de l’espoir.
    Sérénité, tranquillité, gentillesse, c’est ainsi que je définirai l’auteur. Et si plus de personnes était comme elle, le monde n’en serait que mieux portant.

Publier un commentaire