Catégorie | A la une, établies, Sociétés

Portrait des éditions Lunatique, avec Pascale Goze

Publié le 25 octobre 2013 par Rédaction_

« Nous publions du nostalgique, du comique,

du poétique, du tragique, de l’onirique ;

tout ce qui s’apparente à un « hic » et rime avec Lunatique ! »

  • Chères éditions Lunatique, comment vous définiriez-vous ? Lunatique, une appellation qui traduit une ligne éditoriale éclectique ?

Éclectique, oui. Notre ligne éditoriale s’esquisse au fur et à mesure des parutions. Nous n’avons pas de thème ou de genre de prédilection (tout en en excluant certains), et nous publions du nostalgique, du comique, du poétique, du tragique, de l’onirique ; tout ce qui s’apparente à un « hic » et rime avec Lunatique !

Ce ne sont pas tant les histoires qui nous intéressent que la manière dont elles nous sont contées. Nous sommes particulièrement attentifs à la structure, et encore plus à l’écriture et à l’atmosphère qui s’en dégage. Alors que tout a déjà été dit et écrit, un manuscrit doit harponner notre curiosité et ne pas la lâcher, même après la lecture depuis longtemps terminée. Nous aimons les œuvres qui bousculent, hantent et obligent à reconsidérer nos appréciations esthétiques, littéraires et morales.

Éclectique, donc, même si nous préférons dissonants, comme peut sembler à une oreille profane une composition atonale.

  • Quel regard portez-vous sur l’édition indépendante aujourd’hui ?

Difficile de répondre brièvement sans généraliser. Il y a de tout chez les indépendants, et chacun tente en conjuguant ses moyens, ses idées, ses goûts, ses centres d’intérêt, son temps et ses capacités, de rester à flot vaille que vaille. Rares sont ceux qui tirent de leurs activités un revenu.

La petite édition pourrait se comparer à un monde parallèle à ce qu’il est communément appelé… l’édition. Le fonctionnement est tout autre, ne serait-ce qu’en termes de marché et de calendrier. Un petit éditeur-trice a tout intérêt à d’abord se faire plaisir en sélectionnant des textes qu’il lui tiendra à cœur de défendre. J’ai coutume de dire que je ne choisis pas un roman parce que je sens qu’il a des chances de plaire au plus grand nombre, mais parce que je souhaiterais lui offrir cette chance. Mon travail n’est pas de donner aux lecteur-trice-s ce qu’ils veulent lire, mais de leur proposer de découvrir des œuvres hors les normes, créatives et « dissonantes ». C’est d’ailleurs le propos de tout petit éditeur-trice, j’imagine, que cette invitation à lire comme une initiation au plaisir du texte, loin du livre objet de consommation. C’est sans doute aussi pour ça que la créativité n’est pas le seul fait des auteur-e-s mais aussi de ces petites maisons d’édition qui leur concoctent de beaux écrins en soignant conception et réalisation.

Il leur faut constamment batailler pour toucher le public. Le petit éditeur-trice est souvent homme-femme de terrain. Mais cette implication nourrit sa passion. C’est dans le contact direct et constant avec les lecteur-trice-s qu’évolue l’édition, non en les gavant de best sellers conçus et écrits pour entrer dans toutes les bibliothèques.

  • Vous proposez un format papier inhabituel qui permet notamment de différencier vos ouvrages. Mais qu’en est-il du numérique ?

Huit titres issus du catalogue sont parus au format numérique. Preuve que nous ne nous y opposons pas. Au contraire ! Bien sûr, l’aspect esthétique (impression offset sur papier de qualité) s’estompe, mais nous préférons considérer les avantages pratiques liés à ces autres supports. Ce choix procède donc d’une volonté de proposer au plus grand nombre ces textes que nous avons choisi de publier. C’est un peu la version moderne du format poche VS l’exemplaire relié.

  • Si vous deviez faire une dédicace aujourd’hui, pour qui serait-elle ?

À nos auteur-e-s, à leurs lecteur-trice-s. À eux tous qui, par leur talent ou leur exigence, nous incitent continuellement au dépassement tout en nous insufflant un enthousiasme jamais démenti.

Pascale Goze est éditrice et dirige les éditions Lunatique.

Crédit photo : Ouest-France


Comments are closed.